mercredi 11 juin 2014

Bon shoot de joie!


Sous Franco, chez le coiffeur pour hommes de mon village en catalogne, les discussions portaient uniquement sur le foot, le sujet qui permettait d’émettre une opinion et de débattre sans risque.
Le coiffeur disait lui-même « aquí estem parlant de la política de futbol i això és tot »*

Plus tard, j’ai vécu en Algérie, les soirs de match, tous les débordements étaient permis sous le regard bienveillant de la police parce qu’il faut bien relâcher la pression de temps en temps et que pendant que le peuple s’occupe de foot, il ne pense pas au chômage, à la corruption et tous ces sujets qui fâchent.

Dessin de Seron
La communion solennelle du foot commence. 
Les français et bien d’autres seront enfin unis devant les écrans et derrière leurs équipes.
Les gamins sans le sous vont idolâtrer le joueur aux pieds d’argent et aux poches d’or.
Les cathos vont guetter Dieu dans tout ça et s’enthousiasmer au moindre signe de croix sur les pelouses.
BeIn va encaisser en France 19 milliards d’euros d’abonnements pour combler les afficionados.

Pendant trois semaines de liesse, on oubliera les favellas, Banghi, Alep, Mossoul, le chômage, les affaires, la chienlit politique nationale et internationale.
Certains appellent au boycott parce qu’il ne serait pas possible de soutenir cet évènement organisé sur fond de répression violente.
C’est  oublier que depuis toujours le foot est le shoot du peuple qui permet de s’évader un moment et que dans bien des endroits c’est le seul rassemblement  possible parce les autres sont interdits.
La violence au Brésil n’a pas commencé avec le mondial et qu’elle continuera après.
Les horreurs et le fric roi vont continuer aussi.
Alors,  bon mondial à ceux qui vont le suivre, prenez un bon shoot de joie pour la suite. Personnellement, je vais attendre la coupe du monde de Rugby en 2015.


Chacun sa dope ...

Et Dieu pour tous :) 


*"Ici nous parlons de la politique du football et c'est tout"

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire