mercredi 14 mai 2014

Ce que soulève la jupe

L’académie de Nantes* propose une opération « Ce que soulève la jupe » pour sensibiliser les lycéens au sexisme.
L’idée est louable. Qui peut en effet ne pas être favorable à la sensibilisation au sexisme. Les modalités de l’opération sont un peu étonnantes.
Il est proposé aux lycéens et aux lycéennes de  mettre une jupe et du rouge à lèvre ou encore un autocollant stop au sexisme.
L’idée de base est sans doute de faire adhérer les jeunes à l’opération en montant une sorte de grand carnaval joyeux propice à les amener en suite à réfléchir à cette question dans des ateliers.
Immédiatement, certains crient « Halte au gender ! On vous l’avait bien dit »
Personnellement  si je suis dubitative c’est pour une autre raison.


Imaginez que pour monter une opération antiracisme, on demande à nos enfants de se maquiller en noir et de mettre une perruque crépue...

Je comprends bien que l’idée est de proposer aux lycéens de se mettre à la place des lycéennes pour comprendre ce qu’elles vivent. 

Le problème est qu’un garçon déguisé en fille ne comprendra pas ce que vivent les filles parce que les habits ne font pas le moine. Au mieux, ils vont bien rire en entre-regardant leurs mollets poilus.
Au pire, ils vont échanger des remarques salasses et un peu homophobes.

Remarquons que rien ne les oblige à se déguiser, il y a la possibilité d’arborer seulement l’autocollant et je pense que cette solution sera majoritaire.


Cette campagne propose aux lycéens mais aussi aux lycéennes de se mettre en jupe.
Mon adolescente préférée, la mienne, ne va jamais à l’école en jupe, elle ne met pas de rouge à lèvre. Elle, comme ses amies optent pour la tenue passe-partout : jean, pull, chaussures montantes à lacets.
Pour elle aussi, la jupe et le rouge à lèvres, c’est se déguiser.
Elle a intégré très jeune que jupe et rouge à lèvres = problèmes (dans le bus par exemple) et qu’il vaut mieux pour vivre heureuse se fondre dans la masse.
D’une certaine façon, elle a intégré que pour éviter le sexisme, il fallait ne pas être trop féminine.
Cette opération peut donc avoir pour second objectif de montrer aux filles qu’elles peuvent être féminines « sans risque » si les garçons intègrent le fait que la jupe ne fait pas la pute.

Hier, la femme voulait pouvoir choisir entre jupe et pantalon, aujourd’hui elle veut pouvoir porter une jupe sans que cela déclenche harcèlement et remarques insultantes.
Nous en sommes là.


Au-delà du buzz créé par l’affiche, je comprends que le sujet soit abordé dans les lycées où nos enfants passent le plus clair de leur temps.

* l'académie soutient l'initiative de lycéens

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire