mercredi 12 février 2014

Parfaits s’abstenir



"Si quelqu'un ne se sent pas pécheur, il ferait mieux de ne pas aller à la messe… » Pape  François

Ça c’est dit.

Mais au-delà de la phrase choc, il y a un réel axe de conversion.
Bien souvent, j’arrive à l’église gonflée d’orgueil en regardant ma famille qui m’accompagne. 
Bien campée dans ma conviction que je fais mieux que les autres et plus contente que si je détenais un morceau de la vraie croix.
Bien souvent en arrivant à la messe, j’ai oublié que je suis pécheresse et que la raison de ma venue c’est le Christ qui nous sauve, qui me sauve.

C’est lui qui m’accueille à la porte avec mes lourds sacs d’orgueil, de jugement de l’autre, de manque de charité …

« La grâce de Jésus, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient toujours avec vous » Des bras ouverts a priori, avant quoique ce soit, comme ceux du père du fils prodigue.
Et juste après je reconnais avec mes frères qui je suis pécheresse et demande la miséricorde.

Cet accueil au début de la messe, c’est souvent un moment ou je ne suis pas encore très concentrée et la récitation machinale du confiteor est de mise.
Seigneur prends pitié, Christ prends pitié, Seigneur prends pitié  et hop Gloire à Dieu.

Mais pourquoi glorifier Dieu si ce n’est parce qu’il nous offre sa miséricorde.
Si je ne me sens pas pécheur, qu’ai-je à faire de la suite, du pardon et du chemin vers la vie éternelle.
Alors cette citation du pape, je la prends pour moi.

Bien sûr je ne vais pas arrêter d’aller la messe pour autant mais je vais faire en sorte vivre vraiment ce premier temps de la messe, me sachant pécheresse accueillie a priori et sauvée parce que pécheresse.


2 commentaires:

  1. votre correcteur orthographique n'aime pas "pécheuse" … comme le mien !?
    Merci de souligner que la messe commence… dès le début !!

    RépondreSupprimer