jeudi 12 décembre 2013

Mind the gap



Dans les années 70, l’échelle des salaires dans les grands groupes était de 1 à 40 aujourd’hui 1 à 572.
Daniel Cohen dans l’émission Mots croisés explique que dans les années 80, la révolution financière a sorti du salariat les cadres dirigeants des grands groupes avec notamment les stocks options  pour les amener à être plus proches des actionnaires que des salariés.
Leur salaire n’est pas indexé sur la grille des rémunérations des salariés mais sur la bourse qui a augmenté dans les mêmes proportions.

L’autre point qu’il souligne est qu’il n’y a pas de lien en leur rémunération et la performance de leur entreprise car  200 personnes s’auto recrutent et se fixent entre elles leurs rémunérations au sein des comités de rémunérations.

Bien souvent ce qui choque ce n’est pas tant l’écart que le manque de solidarité des dirigeants en temps de crise.
On le dit peu mais  la rémunération moyenne des PDG du CAC 40 était de 4,1 millions d'euros par an en 2010 alors qu’elle atteignait les 6 millions d'euros au début des années 2000.  La part variable tant « indexée » sur les résultats de l‘entreprise, elle a donc été impactée par la crise. Leur part fixe a été gelée le plus souvent aussi ces dernières années. Voir par exemple le cas du PDG de Danone qui est passé de 4,2 millions en 2008 à 2,4millions en 2012.


Alors que faire pour limiter les abus comme par exemple l’augmentation d’un bonus quand dans le même temps l’entreprise a de mauvais résultats ?

Légiférer sur un salaire maximum serait contre-productif car les rémunérations seraient alors versées ailleurs. Les entreprises déménageraient leurs sièges.
Une option plus réaliste et plutôt gaulliste serait de faire entrer des représentants du personnel au conseil de rémunérations comme ils sont rentrés au conseil de surveillance des sociétés.
Il est possible aussi de mettre en place comme cela se fait en Grande Bretagne ou aux Etats Unis le « say on pay » c’est-à-dire un vote consultatif des actionnaires sur la rémunération du PDG et son évolution.


La transparence vis-à-vis des salariés et des actionnaires est sans doute la meilleure garantie contre les abus.

Quoiqu’il en soit, les patrons du CAC 40 sont 40 et l’immense majorité des patrons sont dans des entreprises  où l’échelle des salaires est plus resserrée.
 En 2008, le salaire moyen des dirigeants d’entreprise atteint 61 300 euros, soit 5 108 euros mensuels. Rapport de 1 à 4
De 20 à 49 salariés, le salaire du patron s’élève à 6 733 euros. Rapport de 1 à 5
Après 50 salariés, cela monte à 10 942 euros. Rapport de 1 à 8
Au-delà de 250 salariés, on arrive à une moyenne de 17 475 euros mensuels. Rapport de 1 à 13.

Le problème des énormes écarts de salaire est donc une goutte d’eau mais elle fait du mal à l’ensemble des patrons qui souffrent d’une image déplorable dans la société française.

Personnellement, je pense que le problème est plutôt celui des bas salaires. Il est aberrant de voir en France des gens qui travaillent et qui n’arrivent pas à subvenir aux besoins de leurs familles.

Tout travail mérite un salaire qui permet de vivre, c’est là l’enjeu.
La rémunération est l'instrument le plus important pour réaliser la justice dans les rapports de travail. Le « juste salaire est le fruit légitime du travail »; celui qui le refuse ou qui ne le donne pas en temps voulu et en une juste proportion par rapport au travail accompli commet une grave injustice (cf. Lv 19, 13; Dt 24, 14-15; Jc 5, 4). Le salaire est l'instrument qui permet au travailleur d'accéder aux biens de la terre: « Compte tenu des fonctions et de la productivité de chacun, de la situation de l'entreprise et du bien commun, la rémunération du travail doit assurer à l'homme des ressources qui lui permettent, à lui et à sa famille, une vie digne sur le plan matériel, social, culturel et spirituel ». CDSE 302


Alors comment faire pour relever les bas salaires  et surtout en temps de morosité économique, peut être le revenu de base. je vous renvoie à ce sujet à un article des cahiers libres 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire