mardi 7 mai 2013

Dans le désert, tout homme est ton frère.

"Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba au milieu de brigands qui, après l'avoir dépouillé et roué de coups, s'en allèrent, le laissant à demi mort. 

Un prêtre vint à descendre par ce chemin-là ; il le vit et passa outre. 

Pareillement un lévite, survenant en ce lieu, le vit et passa outre. 



Monastère Saint Georges entre Jérusalem et Jéricho


Mais un samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui, le vit et fut pris de pitié. 

Il s'approcha, banda ses plaies, y versant de l'huile et du vin, puis le chargea sur sa propre monture, le mena à l'hôtellerie et prit soin de lui.

Le lendemain, il tira deux deniers et les donna à l'hôtelier, en disant : "Prends soin de lui, et ce que tu auras dépensé en plus, je te le rembourserai, moi, à mon retour."

 Lequel de ces trois, à ton avis, s'est montré le prochain de l'homme tombé aux mains des brigands ?"

Il dit : "Celui-là qui a exercé la miséricorde envers lui." 

Et Jésus lui dit : "Va, et toi aussi, fais de même". »

En marchant de Jérusalem à Jéricho sous un soleil de plomb et sans croiser âme qui vive,  on comprend mieux combien le prêtre et le lévite ont manqué de miséricorde.

Dans le désert, tout hommes est ton frère.

7 commentaires:

  1. "on comprend mieux le manque de miséricorde du lévite et du prêtre" Je dirais plutôt "on comprend mieux combien le prêtre et le lévite ont manqué de miséricorde" B-P

    RépondreSupprimer
  2. J'ai cru entendre parler d'une coutume bédouine qui veut que l'on prenne soin d'autrui dans le désert, du moins tant que dure la traversée (même si c'est en principe un ennemi). Je ne sais pas si c'est exact mais cela rejoint ton propos dans ce beau billet.

    RépondreSupprimer
  3. Tout l'intérêt d'incarner sa foi dans l'espace et dans le temps, autant que dans la culture, du Christ et des apôtres : mieux comprendre. Le pèlerinage en Terre Sainte, ce passage essentiel dans la vie de foi... que j'attends avec tellement d'impatience. Un jour, c'est certain. Mais pas encore malheureusement.

    RépondreSupprimer
  4. Après histoire d'eau, et le désert, je vous prépare Béthanie pour jeudi. Cela s'impose :)

    RépondreSupprimer
  5. Merci Valérie, quel endroit merveilleux ! Et figure toi, que le Bon Samaritain : je l'ai rencontré !!! J'étais à pieds entre Jérusalem et Jéricho, après avoir quitté le Monastère St Georges, et alors que j'étais exténuée, un Palestinien (le vendeur de jus d'orange du monastère) a surgi sur son tracteur et du coup, nous a amenées jusqu'à Jéricho. Un moment inoubliable, épique et biblique ;)

    RépondreSupprimer
  6. Au monastère, une nuée de conducteurs d’ânes pour soulager le pèlerin. j'ai continué à pied en discutant avec eux. C'était bien :)

    RépondreSupprimer