mardi 29 janvier 2013

Egalité, même eux ?




Cette semaine comme depuis quelques mois, défendre l’égalité des droits est au programme. Mais l’égalité est un concept mouvant dans les esprits.

On parle d’égalité des droits  des enfants  à l’éducation.  Tout le monde est d’accord mais  qui descend dans la rue pour les petits roms qui ne sont pas scolarisés dans les mêmes classes que nos enfants et qu’ils ne vont pas à la cantine parce que leur conditions de vie ne sont pas compatibles avec celles de nos chérubins. voir ici  (les activistes cités dans l'article) et  

On défend l’égal droit à la culture mais lorsque l’on demande à une famille défavorisée de quitter le musée d’Orsay pour ne pas déranger les braves gens par leur odeur, qui descend dans la rue ? voir ici

On défend l’égal droit au logement mais qui descend dans la rue pour les sans domicile et les expulsés à part quelques associations qui embêtent tout le monde avec leurs revendications.
voir ici

Certes, quelque uns  défendent les sans droits, les sans voix, sans syndicats et sans lobbies et sans attendre l’Etat avancent à leurs côtés mais ils ne sont pas foule.


Place de la République en janvier 2013. © Sara Prestianni

Pourtant, ils étaient nombreux ces derniers jours dans la rue à scander l'égalité.

Certains ont manifesté pour que demain  « dans la loi, devant les hommes et devant l’Histoire, on dise aux personnes homosexuelles « tu ne vaux pas moinsqu’un autre ».
Cette loi pour le mariage et l’adoption mettra-t-elle fin à l’homophobie ?  Si elle  passe, j’espère au moins qu’elle aura cet  effet car je suis d’accord sur le fait que toute personne « vaut » autant qu’une autre.  

D’ailleurs certains dont moi ont manifesté pour que demain, un enfant ne soit pas un objet de droit des adultes ni de transaction et qu'une femme ne soit pas un ventre à louer. J’espère que nous serons entendus car un humain à une valeur qui n’est pas monnayable. Et que toute personne « vaut » autant qu’une autre.

Et demain ? 

Les manifestants des derniers mois  qui défendent chacun une vision de la société et même de la civilisation se retrouveront-ils  tous pour défendre les droits de ceux qui puent ou sont-ils «  moins égaux que les autres » pour tout le monde et dans un consensus général.

Je pose la question et d’abord à moi-même.

1 commentaire:

  1. La dernière question posée à vous-mêmes, je me la pose aussi et l'ai évoquée plusieurs fois dans divers commentaires.

    RépondreSupprimer