lundi 26 novembre 2012

Saint d’Algérie



J’ai accumulé au fil des années, pleins de trucs. Je ne parle pas des objets qui s’entassent dans ma cave et mes tiroirs mais de choses qui habitent ma maison et mon regard.

Je viens de réaliser qu’ils ont tous un point commun, ils me ressemblent.
Comme moi, leur histoire se déroule au bord de la méditerranée.

Aujourd’hui, j’ai envie de vous parler de lui.


Ce moine aux pieds nus, le regard tourné vers le ciel  est un plâtre imitant une ancienne statue de bois.


C’est peut-être une représentation d’un saint mais je n’ai pas su trouver lequel. 


Il est là, debout les mains croisées dans ses manches, coiffé de son capuchon et  les pieds nus.

Aucune symbolique pour l’identifier à un saint.




Il m’a été confié par un ami algérien.

Il me l’a amené un jour en m’expliquant qu’il était depuis longtemps dans sa famille, qu’il avait été trouvé dans une chapelle abandonnée après l’indépendance.

Pendant plus de quarante ans, il avait trouvé refuge chez lui.

Il me l’a confié en me disant qu’il était sur de le remettre entre de bonnes mains.

Cette statue n’est pas très belle, elle est abimée mais elle représente beaucoup.

La lumière du  dialogue paisible et fraternel entre croyants qui se respectent.

A l’heure des mausolées et des églises qui tombent sous les coups des intégristes, 
il me donne espoir.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire