mercredi 28 mars 2012

De bonnes news des enfants d’Abraham



Après quelques jours de sevrage informatique du, non à une action de carême tardive, mais plutôt à l’instabilité subite de Windows, je peux à nouveau  « geeker ».
L’humeur étant par conséquent au beau fixe comme le ciel d’ailleurs, aujourd’hui je ne râle pas, je m’arrête sur une phrase de l’évangile du jour* et je vous propose quelques nouvelles pleines d’espérance.

« Si vous êtes les enfants d'Abraham, vous devriez agir comme Abraham. »

Et Saint Césaire d'Arles (470-543) commente : « Que le bienheureux Abraham vous serve d'exemple, frères, pour recevoir vos hôtes avec amabilité, leur laver les pieds avec humilité et respect... Ne négligez pas ces propos, frères, vous qui ne voulez pas vous montrer hospitaliers, vous qui recevez votre hôte comme un ennemi ».

Aujourd’hui, quelles nouvelles des enfants d’Abraham que nous sommes tous ?

Une première vient du Liban, où les jeunes s’engagent sur le chemin d’hospitalité et de la rencontre inter-religieuse.  Ce n’est pas une initiative unique. En effet le collège Louise Wegmann où était scolarisé mes enfants, forme dès le plus jeune âge chrétiens et musulmans à la vie commune.  C’est du Liban qui a connu l’horreur des guerres fratricides que monte cet appel  à la fraternité.



Une autre vient de Tunisie, ou Ennahdha renonce à introduire la charia dans la constitution t à faire modifier le premier article de la Constitution et à faire explicitement référence à la charia dans la Loi fondamentale,  voulant  une Constitution qui soit pour tous les Tunisiens quelles que soient leurs convictions.

Une autre encore vient de Samuel Sandler, le père et le grand-père de trois des victimes de Mohamed Merah.

Enfin, un colloque se tient en ce moment à Alger pour expliquer le contenu spirituel de l’islam dans «l’objectif de l’innocenter des porteurs de l’intégrisme sanguinaire et abrutissant».


Voilà de bonnes nouvelles des enfants d’Abraham. 

J'en oublie certainement d'autres, mais je les portent toutes dans ma prière.


Voir aussi chez Etancher ma soifCar le Père veut qu’on s’aime.






*Jésus disait à ces Juifs qui maintenant croyaient en lui : 
« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres. »
Ils lui répliquèrent : « Nous sommes les descendants d'Abraham, et nous n'avons jamais été les esclaves de personne. Comment peux-tu dire : 'Vous deviendrez libres' ? »
Jésus leur répondit : « Amen, amen, je vous le dis : tout homme qui commet le péché est esclave du péché.
L'esclave ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours.
Donc, si c'est le Fils qui vous rend libres, vous serez vraiment libres.
Je sais bien que vous êtes les descendants d'Abraham, et pourtant vous cherchez à me faire mourir, parce que ma parole n'a pas de prise sur vous.
Je dis ce que moi, j'ai vu auprès de mon Père, et vous, vous faites aussi ce que vous avez entendu chez votre père. »
Ils lui répliquèrent : « Notre père, c'est Abraham. » Jésus leur dit : « Si vous êtes les enfants d'Abraham, vous devriez agir comme Abraham.
Et en fait vous cherchez à me faire mourir, moi qui vous ai dit la vérité que j'ai entendue de Dieu. Abraham n'a pas agi ainsi.
Mais vous, vous agissez comme votre père. » Ils lui dirent : « Nous ne sommes pas des enfants illégitimes ! Nous n'avons qu'un seul Père, qui est Dieu. »
Jésus leur dit : « Si Dieu était votre Père, vous m'aimeriez, car moi, c'est de Dieu que je suis sorti et que je viens. Je ne suis pas venu de moi-même ; c'est lui qui m'a envoyé. 



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire